Boîte à outils des architectes :

Partie 1 - Introduction au carbone incorporé

Les émissions de carbone incorporé sont générées par la fabrication, le transport, l'installation, l'entretien et l'élimination des matériaux de construction utilisés dans les bâtiments, les routes et autres infrastructures.

introduction

En tant que concepteurs de bâtiments, nous avons déjà déployé des efforts importants pour réduire l'empreinte environnementale des bâtiments. Nous avons amélioré l'efficacité énergétique opérationnelle et progressé vers l'électrification généralisée des bâtiments.

Ce n'est pas sufisant. Afin d'éviter les impacts catastrophiques du changement climatique et d'avoir une chance d'atteindre les objectifs de décarbonation fixés par l'Accord de Paris, nous devons faire plus. Nous devons nous attaquer au carbone incorporé, qui englobe les émissions de gaz à effet de serre associées aux matériaux tout au long du cycle de vie des bâtiments.

Le rapport le plus récent des plus grands experts mondiaux sur le changement climatique – le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) – met en garde contre les changements observés dans les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les vagues de chaleur, les fortes précipitations, les sécheresses et les cyclones tropicaux. Le rapport constate également clairement que l'influence humaine sur ces événements météorologiques s'est renforcée. Sur la base de la trajectoire actuelle, les températures mondiales devraient dépasser 1,5°C.

Afin d'éviter que les températures mondiales ne dépassent 1,5°C, les émissions anthropiques nettes mondiales de CO₂ doivent diminuer d'environ 45% par rapport aux niveaux de 2010 d'ici 2030 et atteindre zéro net d'ici 2050. Cela signifie que nous avons jusqu'en 2030 pour décarboner radicalement l'industrie du bâtiment.

La bonne nouvelle est que nous avons déjà des stratégies qui peuvent faire la différence, et les architectes peuvent montrer la voie : voici une introduction à la manière.

fr_FRFrench