4 juin 2020

Les ingénieurs en structure mis au défi d'éliminer le carbone incorporé d'ici 2050

En 2019, le Carbon Leadership Forum a lancé le SE 2050 Challenge:

«Tous les ingénieurs en structure doivent comprendre, réduire et finalement éliminer le carbone incorporé dans leurs projets d'ici 2050.»

Reconnaissant que les matériaux de structure représentent au moins 50% de carbone émis lors de la production, de la livraison et de l'installation de matériaux pour les nouvelles constructions et les derniers rapports du GIEC nous disent que le secteur du bâtiment n'a que jusqu'en 2050 pour atteindre la neutralité carbone, maintenant plus que jamais, Les membres ingénieurs en structure ont la possibilité de changer la trajectoire du secteur du bâtiment.

Conçu et développé par des membres du Carbon Leadership Forum - dont Duncan Cox (Thornton Tomasetti), Catherine De Wolf (MIT / EPFL), Amy Hattan (Thornton Tomasetti), Erin McDade (Architecture 2030), Kate Simonen (Carbon Leadership Forum / UW), Wil Srubar (U Colorado Boulder) et Frances Yang (Arup) - le défi SE 2050 a été conçu pour inciter les ingénieurs en structure et leurs entreprises à atteindre des critères de référence en matière de carbone incarné et des objectifs de réduction ambitieux, et être reconnus pour le rôle important qu'ils peuvent jouer. jouer vers ces objectifs.

Un siège au premier rang pour le développement du défi

par Frances Yang
Associate and Sustainability Consultant chez Arup à San Francisco

Frances Yang

Frances Yang, associée et consultante en développement durable chez Arup à San Francisco

Le parcours de l'Initiative SE 2050 a commencé il y a quatre ans, catalysé par plusieurs courants d'activités allant dans la même direction. Les sept personnes qui ont lancé l'initiative avaient deux motivations principales: nous voulions inspirer et engager des ingénieurs en structure pour réduire le carbone incorporé dans leurs conceptions, et fournir des données pour établir des repères et des objectifs. Le Carbon Leadership Forum venait de terminer une étude comparative complète qui a identifié la nécessité de collecter davantage de données de manière beaucoup plus systématique et organisée afin de fixer des objectifs carbone incorporés pour Architecture 2030.

Arup a été invité à rejoindre en raison de plusieurs points de contact. Notre propre histoire comprenait un effort interne à partir de 2009 pour obtenir des repères de carbone incorporé en compilant les données de plus de 80 projets à partir d'études de cas accessibles au public ainsi que les nôtres. Cela a également constitué le début d'un effort de suivi de projet interne. Lorsque le CLF avait besoin de données pour les objectifs d'Architecture 2030, nous avons pu offrir plus de 400 points de données pour l'étude comparative. En parallèle, Arup avait également contribué à la création de la base de données UK WRAP (maintenant RICS) Embodied Carbon, et aidé au développement de la base de données des quantités de matériaux du MIT. Ces activités reflètent l'engagement d'Arup en faveur du développement durable depuis des décennies et la conviction de l'entreprise que la lutte contre le carbone total dans l'environnement bâti est essentielle à sa mission de «façonner un monde meilleur».

Alors que nous étions tous les sept à faire progresser nos organisations à notre manière, nous avons réalisé qu'en nous unissant, nous pourrions lancer un programme pour atteindre l'ensemble de la communauté de l'ingénierie structurelle. Inspiré par le Engagement AIA 2030, nous avons vu qu'un programme pour motiver, équiper et responsabiliser les entreprises - tout en fournissant des données utiles aux communautés scientifiques et politiques - serait essentiel pour tout espoir d'atteindre le carbone incarné net zéro d'ici 2050. Le CLF nous a fourni l'espace d'incubation. pour lancer SE 2050.

Sous les auspices de la CLF, nous avons publié le Défi SE 2050. Nous avons pu tirer parti du réseau CLF pour recueillir 140 signatures d'ingénieurs en structure et de supporters en seulement 4 semaines, en demandant au Institut de génie des structures (SEI) s'engager à «comprendre, réduire et finalement éliminer le carbone incorporé dans leurs projets d'ici 2050». Nous avons contacté directement le comité de durabilité de SEI et avons été ravis de voir le comité former rapidement le groupe de travail SE 2050. En peu de temps, le groupe de travail a organisé une réunion d'une journée avec les membres du conseil des gouverneurs de SEI, a créé un site Web étonnant et a officiellement lancé la phase bêta du programme d'engagement SE 2050. Le CLF a également joué un rôle critique lors de la réunion en personne avec les dirigeants de SEI. Aux côtés de ses partenaires de longue date de l'AIA, de l'Architecture 2030 et de l'USGBC, la CLF a apporté à la fois une urgence et une invitation jamais dirigées auparavant à notre organisation nationale d'ingénierie structurelle sur les questions de notre crise climatique. SEI a approuvé le Défi SE 2050 quelques mois plus tard.

En tant que membre du groupe d'incubation SE 2050 et qui fait maintenant partie du comité SEI SE 2050, je suis enthousiasmé par l'engagement et les perspectives de SE 2050, et par la manière dont cela accélérera les efforts des sept membres fondateurs vers ces deux objectifs originaux. Nous sommes encore au début de la route, car il y a beaucoup de travail à faire. Alors rejoignez-nous! Alors que le comité de SEI montre maintenant la voie, il y a beaucoup de place pour tous sur cette voie plus droite et plus large que la CLF a tracée.

Les ingénieurs en structure relèvent le défi

par Michael Gryniuk
Associate and Project Manager chez LeMessurier à Boston

Mike Gryniuk

Michael Gryniuk, associé et chef de projet chez LeMessurier à Boston

Lorsque le Carbon Leadership Forum (CLF) a approché le Comité de durabilité de l'Institut d'ingénierie structurelle (SEI) de l'American Society of Civil Engineers (ASCE) à la fin de 2017 avec le concept de SE 2050, je faisais partie du comité depuis quelques mois mais j'étais immédiatement accro. . J'étais fasciné par la possibilité de concevoir des systèmes structurels d'une manière qui entraînerait des émissions de carbone intrinsèques nettes nulles! Le timing était également parfait.

J'avais commencé à me demander quel était l'impact de ma carrière sur l'environnement. Passant une grande partie de mon temps libre dans les bois à faire du vélo ou de la randonnée, j'ai développé une appréciation pour la nature et l'importance cruciale de la protéger. Équipé d'une compréhension de la science derrière le réchauffement climatique et de la nécessité urgente de plafonner nos émissions de gaz à effet de serre encore accentuée par l'Accord de Paris sur le climat, j'essaie de trouver des moyens de limiter les gaz à effet de serre à un niveau personnel. Mais en faisais-je assez dans tous les aspects de ma vie? Quel a été l'impact réel des bâtiments que j'ai conçus? Le monde est terriblement grand, après tout.

Environ 4 mois plus tôt, j'étais dans un processus de 5 ans de gestion de la conception et de l'administration de la construction d'un grand projet de développement à usage mixte à Boston qui entrait dans les premières étapes de la construction. La grande excavation était terminée, la plate-forme était préparée, les barres attachées et les coffrages posés pour un placement de béton de 3 500 verges cubes. Mon nerd intérieur était plutôt excité. Quelques jours plus tard, je me suis retrouvé à faire des calculs de base (probablement au lieu de revoir les dessins de l'atelier d'acier comme je devais le faire) sur le carbone incorporé du tapis. «Cela ne peut pas être juste» je me souviens avoir pensé. "Vraiment?". C'était. Je devrais conduire ma voiture de Boston aux White Mountains du New Hampshire et revenir plus de 8 000 fois pour égaler l'équivalent en dioxyde de carbone. Je me suis mis au travail.

Depuis l'introduction de SE 2050 jusqu'à maintenant, je me suis concentré presque exclusivement sur la réalisation d'un programme d'engagement SE 2050 officiellement sanctionné par SEI. Et j'ai eu le plaisir absolu de le faire avec un groupe de bénévoles extrêmement talentueux et dévoués. Se faire des amis et aider l'environnement. Deux pour deux! Notre groupe a travaillé sans relâche au cours des deux dernières années, naviguant les différents succès et défis avec détermination et intelligence. Le 19 décembre 2019, le conseil des gouverneurs de SEI a voté pour approuver le défi SE 2050 de la CLF et le 8 avril 2020, il a voté pour établir officiellement le programme d'engagement SE 2050 et notre comité SE 2050 pour lesquels je suis honoré de servir en tant Chaise. Nous prévoyons de lancer le programme en novembre à Greenbuild.

Mon engagement avec le comité de durabilité de SEI et mon implication dans SE 2050 et le CLF s'est directement traduit par ma carrière d'ingénieur en structure chez LeMessurier où je dirige maintenant le groupe de développement durable de notre entreprise en développant de nouvelles et uniques meilleures pratiques de durabilité. Nous avons maintenant un personnel dédié capable de fournir un soutien de projet à l'entreprise sur tous les éléments liés à la durabilité, et je suis fier de dire que LeMessurier est un commanditaire de la CLF depuis 2018. Nous avons également été l'un des premiers cabinets à signer. au défi SE 2050 de la FCF et ont été l'un des premiers à adopter et sponsoriser l'outil EC3.

Ne vas-tu pas prendre le même engagement et nous aider à progresser ensemble?

 

Dernières fonctionnalités

Aucun résultat

La page demandée est introuvable. Essayez d'affiner votre recherche ou utilisez le panneau de navigation ci-dessus pour localiser l'article.

fr_FRFrench